• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Au fil des jours

    mars 2007
    L Ma Me J V S D
    « fév   avr »
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    262728293031  
  • Vous avez la parole

  • Liste des articles

  • Mes albums récents

    • Album : Au théâtre ce soir
      <b>10</b> <br />
    • Album : Pike Place Market
      <b>02lemarch.jpg</b> <br />
    • Album : Chez Elliot's
      <b>Chez Elliot's, restaurant renommé en premier sur la liste de Germaine</b> <br />
    • pas de droits sur l'album 1964
  • I LOVE ENO

  • Signer le livre d’Or

  • Je suis aussi sur Facebook

  • Recherche par Catégorie

  • L’Antre de la Création

  • Fils RSS

  • Réservé aux Unbloggeurs

    Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Dans la série « ELLES ÉCRIVENT…»

Posté par ENO filles le 25 mars 2007

livres   Fabienne Blesson vous invite à vous plonger dans ses souvenirs et peut-être dans les vôtres…

Bouguirat 1862 – 1962 : « La terre promise » et « et Nostalgie »

Allez la retrouver sur :http://bouguirat.osmont.free.fr/blesson/accueil.htm Bouguirat 1862 – 1962 : La terre promise 

En résumé  Lors de notre dernière réunion des Bouguiratois à Eygurande en mai 2006, certains ont manifesté leur désir de mettre en commun nos connaissances sur nos racines et notre vie là-bas. J’ai pensé que je pourrai fort bien (au vu des documents en ma possession) continuer ce que j’avais déjà commencé de manière beaucoup plus légère dans « Bouguirat 1941/1961 – Nostalgie … » ou la vie d’une famille en Algérie et vous rapporter succinctement l’histoire de ceux qui allaient devenir les colons d’Algérie, nos ancêtres et nos racines …J’ai présenté mon récit en 3 volets :- Le premier, un peu fastidieux peut-être pour ceux qui n’aimaient pas l’histoire avec un grand H. Je conseille néanmoins de le lire jusqu’au bout, puisque nous sommes tous concernés.

- Dans le second volet, c’est un panorama de Bouguirat, avec ses habitudes, ses habitants, ses décors, son ambiance.

- Enfin, dans le troisième, j’ai essayé d’exprimer ce qui nous était arrivé, comment nous étions parvenus au final que vous avez vécu. C’est une monographie personnelle de Bouguirat. Je le redis encore, moi Fabienne, c’est ainsi que je l’ai vécu et ressenti.

Lors de la parution de Bouguirat / Nostalgie certains m’ont demandé si cela avait été pour moi une thérapie. Je m’étais récriée : « non je me suis fait simplement plaisir ».
Cette fois, je réalise que je suis soulagée, bien dans ma tête et je peux dire en souriant : « oui c’est un bon remède ».

A présent je peux ranger mes souvenirs de « là-bas ». Ma mémoire peut flancher, je n’aurai qu’à me lire.

Bouguirat, notre Bouguirat, n’existe plus. La caméra n’enregistre plus. Le film est fini.

Fiche détaillée Auteur           Fabienne Blesson-Osmont Editeur           Editions Bellecombe Date de parution      2007 Nombre de pages     127 pages Format          15,5 cm x 23,5 cm       Lire les avis de lecteurs  « Quel plaisir de te lire. Ce passé que tu évoques si bien est aussi le mien. Merci de l’avoir fait revivre. » « C’est un livre facile à lire et qui en dit long … Tu es allée aux sources de pas mal de situations. Il fallait le faire pour toi, ta famille et tous les autres … » »Merci pour ton second livre de souvenirs. Merci d’avoir eu le courage de rendre hommage à ces ‘premiers colons d’Algérie, nos ancêtres, nos racines…’ protégés par l’Armée d’Afrique et qui ont en moins d’un siècle donné à la France sa plus belle et plus riche province Française, l’Algérie où nous sommes nés … »« Merci pour ton second livre, Fabienne, lequel ne mérite que des louanges. Je te félicite … »   « Les souvenirs resurgissent avec ce livre et c’est très bien. L’émotion est grande »            « En ce qui me concerne, je viens de terminer la lecture de « La terre promise ». Je n’ai pas de nostalgie du passé. Mais j’ai quelques souvenirs dans les tiroirs secrets de ma mémoire qui s’ouvrent parfois, surtout quand quelqu’un en possède la clé et je crois que tu l’as trouvée.  Même si je n’étais qu’une citadine, le mode de vie était identique ou presque dans les petits quartiers où j’ai vécu. J’ai énormément apprécié ta manière de raconter ton histoire, notre histoire. Tout y est raconté simplement, agréablement et sans emphase et cette petite mise au point manque à beaucoup.  Pour la suite allez sur le site … et bonne lecture à ceux qui se souviennent et à ceux qui veulent savoir – ndlr » 

Blason ENO

Retour à l’accueil

10 Réponses à “Dans la série « ELLES ÉCRIVENT…»”

  1. Un Papy qui compte dit :

    Dès que l’on parcourt les premières phrases de chacune de ces anecdotes on se trouve accroché en n’ayant plus qu’une idée en tête : poursuivre la lecture et… on ne peut plus s’arrêter. Thème après thème. J’ai lu « Nostalgie » ! J’ai tout lu… deux fois !

    Heureux ce village de Bouguirat qui a trouvé, en vous Fabienne, la personne qui a gravé (insculpé) sa mémoire dans les tablettes de nos esprits et nous l’a fait découvrir, pour les uns, ou revivre, pour les autres.

    Vos écrits ont dû émouvoir tous ceux qui y ont vécu. Écrits qui ont dû être pour eux une sorte de renaissance, une palingénésie, en leur faisant remonter le temps. On ne peut pas oublier le passé ! Et si larmes de leur part il y a eu, j’espère de tout cœur que les images apaisantes que vous nous avez offertes ne soient pas, pour eux, que le reflet de la nostalgie cette tristesse du souvenir et du regret, de ce qu’ils ont connu mais des larmes de joie a posteriori, reflet d’un sentiment de fierté et de grandeur : ils ont « fait » Bouguirat !

    Moi, je m’y suis cru : j’ai « vu vos mots ». Je les ai vécus tout en les lisant. Je me suis retrouvé cinquante cinq ans en arrière et me suis surpris à comparer certaines de vos descriptions ou actions avec celles que j’ai connues aux mêmes âges, ailleurs. J’ai quand même appris certaines choses, moi citadin, en découvrant la vie de village – qui a cette époque était bien loin de mes préoccupations.

    Fabienne, vous m’avez fait aimer Bouguirat et ses Bouguiratois au point que j’ai été rechercher son emplacement sur Google Earth (Chercher Bouguirat, Algérie –ne pas oublier la virgule- : 35°45’05.46 N et 0°14’52.56 E), juste pour me le situer.

    Des images animées, colorées dans lesquelles transparaissent des moments de jeunesse, riches de ce bonheur, de cet amour des vôtres et de ce village. Amours que vous avez su nous faire partager. Bien sûr vous avez glissé pudiquement sur vos soucis et peines mais surtout « Vous avez gardé tout l’or de vos jeunes amours ».

    Ce qui serait curieux c’est qu’un jour, vous et nous, puissions lire la suite de « Nostalgie », par une jeune Bouguiratoise de… maintenant, de ce siècle. Qui sait ?
    – Un papy qui compte -

  2. fabienne dit :

    Ravie que cela vous ait intéressé, Papy.
    Ce qui me touche le plus , c’est je cite:  » J’ai vu vos mots  » . Encore merci….

  3. J’aurais pu demander à Paule ton livre dont j’ai entendu maintes louanges. Je préfère que tu m’en apportes un, si c’est possible, que je paierai. Ainsi, il sera à moi. Si tu évites d’être trop chargée, dis-moi où je pourrai me le procurer. Bises et à très bientôt
    Jeannine

  4. Je suis allée trop vite et, bien sûr, ce sont les 2 livres qu’il me faut! Rebises Jeannine

  5. fabienne dit :

    J’ai noté Jeanine. Je m’en occupe…
    Bises et à trés bientôt. Je suis si heureuse de vous retrouver.

  6. Un Papy qui compte dit :

    Beau travail de recherche, Fabienne : une heuristique dans la première partie, qui a dû inciter bon nombre de vos lecteurs à s’interroger –si ce n’est déjà fait- sur l’arrivée de leurs ancêtres en Algérie.
    Pour mémoire, parmi les pionniers figuraient également des déportés politiques (insoumission à Louis Napoléon). Mon bisaïeul paternel était de ceux-là, et en guise de « vie meilleure »…

    Encore des récits iconogènes, ces morceaux choisis (ces analectes) qui , à l’instar des révélateurs photographiques, génèrent des images dans notre mémoire et complètent, ainsi, celles qui y sont déjà.
    En lisant votre épilogue j’ai souri, pardonnez-moi le sujet est pourtant grave, en découvrant ces figures d’anticipation, ces prolepses, pour vous mettre à l’abri de toute objection de ceux qui « ne savaient pas ». Pas toujours facile de les convaincre, n’est-ce pas ? Qui d’entre-nous n’a pas agi de la sorte au cours de ces longues discussions sur l’Algérie ? Mais vous avez raison, « il faut savoir pardonner (…) C’était l’Histoire (…) » comme vous le dites. La vie continue et malgré nos peines et nos souffrances, nous gardons le cœur « gros comme ça », comme on disait là-bas !
    « L’humanité imperdable, le cœur humain inamissible », disait Victor Hugo. ;-)

  7. fabienne dit :

    Papy vos commentaires ont atteint la cible. Merci….Je ris d’avance en pensant aux copines et autres qui vont se demander qui est ce super Papy. Moi, je le sais….et je bée…êêêhh d’admiration. je me déplace avec un dico en poche depuis que je le fréquente….

  8. Un Papy qui compte dit :

    Bon ! Va falloir que je me déguise pour qu’on ne sache plus qui je suis !
    Tant pis pour le dico. Au moins, grâce à lui, on peut avoir la signification des mots rares et précieux, donc appréhender le sens de la phrase.
    Par contre, on peut se demander de quelle utilité serait ce même dico si on voulait élargir son champ lexical avec la phrase :
    Il faut toujours garder en cohérence le système de coordonnées personnelles avec le référentiel bondissant (qui signifie en réalité, comme tout le monde l’avait compris : «il faut toujours savoir où se trouve le ballon» ;-) )
    J’oubliais : cette phrase est de Claude Allègre du temps où il essayait de dompter le « mammouth » !
    - Signé : Un Papy masqué:-D

  9. fabienne dit :

    Avec un ministre de l’Education nationale qui s’exprimait de la sorte , il ne faut pas s’étonner de ce que nos jeunes étudiants ne comprennent plus rien….et de toutes façons ils ne savent pas utiliser le dico…..

  10. senoussi dit :

    j’ai l’honneur de me présenté , mon nom de famille et senousi et je suie de bouguirat j’ai 35 ans . voila , j’aimerai bien me faire des amis , mais se qu’il compte beaucoup pour moi c’est que mon père ahmed cherche a son tour ses anciens copains de classe entre 1956 jusqua 1962 . et de cherché son amis le fils du docteur de bouguirat a l’époque voila . merci .

Laisser un commentaire

 

Moi,Mes passion& mes Amis |
INFO PREMIERE |
Hamo4SéSons |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | KARIBU / BIENVENUE
| MURYEL NOW ON EARTH
| 10grammes d'info, 10 m...