• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Au fil des jours

    juin 2007
    L Ma Me J V S D
    « mai   août »
     123
    45678910
    11121314151617
    18192021222324
    252627282930  
  • Vous avez la parole

  • Liste des articles

  • Mes albums récents

    • Album : Au théâtre ce soir
      <b>10</b> <br />
    • Album : Pike Place Market
      <b>02lemarch.jpg</b> <br />
    • Album : Chez Elliot's
      <b>Chez Elliot's, restaurant renommé en premier sur la liste de Germaine</b> <br />
    • pas de droits sur l'album 1964
  • I LOVE ENO

  • Signer le livre d’Or

  • Je suis aussi sur Facebook

  • Recherche par Catégorie

  • L’Antre de la Création

  • Fils RSS

  • Réservé aux Unbloggeurs

    Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Vive les mamans – Vive les femmes !

Posté par ENO filles le 3 juin 2007

Alain fête des mères 2005Vive les femmes !
film réalisé par Claude Confortès en 1984 d’après l’oeuvre de Jean-Marc Reiser – film que je vous engage à voir ou à revoir, surtout pour le traditionnel « cadeau » de la fête des mères 

Résumé du film : Bob (Roland Giraud), séducteur impénitent, et Mammouth (Maurice Risch), son voisin solitaire et encombrant, partent en vacances dans le midi. Ils y retrouvent Viviane (Catherine Leprince), une institutrice de maternelle, et sa copine Ginette (Michèle Brousse). Bob et Ginette ne tardent pas à entretenir une liaison…Quant à Viviane qui entretient une liaison frustrante avec  Patrick, un homme marié qui quitte régulièrement sa femme et son fils pour venir mettre ses pantoufles qui sont en permanence chez Viviane va se venger en utilisant certains moyens de son métier dont « les cadeaux » de fête des mères et des pères. C’est à cette petite partie du film que je pense en ce jour béni de fête des mères où chaque maman va devoir arborer fièrement son collier de pâtes, sa broche aux couleurs flamboyantes et d’autres inventions encore. Pitié pour les mamans mes chères jeunes collègues ! en ce jour heureux. Il y a bien d’autres sources dans nos magasines de décoration qui peuvent vous inspirer en ce jour béni.

Béni? Mais depuis quand ?  

L’origine moderne de la fête des mères : une fête « made in USA » ! Aïe ! Aïe ! encore eux ! 

La fête des mères moderne trouve son origine dans la suggestion d’un écrivain américain, Julia Ward Howe, à octroyer un jour de l’année aux mères pour les célébrer. Alors que chaque année elle organisait à Boston une journée de fête des mères, beaucoup pensèrent que ce concept était un peu trop original et l’idée de cette journée nationale consacrée à la fête des mères fut abandonnée jusqu’en 1907.
C’est au moment de la mort de sa maman, le second dimanche du mois de mai 1907, qu’Anna Jarvis demanda aux autorités de la Virginie de célébrer un office religieux en l’honneur de toutes les mamans à la date anniversaire de la mort de sa propre mère. La coutume s’implante très vite et, en 1914, le président Wilson déclare le second dimanche de mai comme étant la journée officielle de célébration de la fête des mamans.
En 1917, les soldats américains, engagés dans le conflit mondial et débarqués en Europe, importèrent la fête des mères sur le vieux continent. 

L’origine de la fête des mères en France : un demi siècle de mise au point  Très vite les français prennent modèle sur les américains et en 1920, le ministre de l’Intérieur proclame une journée pour fêter les« Mères de familles nombreuses ». La première guerre a fait des ravages parmi la population masculine et la fête des mères est l’occasion de récompenser la fécondité qui devient une vertu civique.
C’est le régime de Vichy qui institue la journée de la mère, sans aucune distinction par rapport au nombre d’enfants. La fête des mères s’adresse alors à toutes les mamans. .


Cette fête laïque, très populaire en France, a été instaurée officiellement en 1950 par Vincent Auriol et fixée au quatrième dimanche de mai. Mais cette année nous voilà au moi de Juin. Pourquoi ? Pentecôte bien sûr ! Cette fête religieuse traditionnelle tombait cette année ce fameux quatrième dimanche. La France n’aime pas les « cumuls ». La fête des mamans est alors reportée au premier dimanche de juin. 

Mais qu’en est-il chez nos voisins européens ? 

Même si les dates et les traditions pour la fête des mères varient selon les pays, l’essentiel demeure : la fête des mères reste l’occasion de témoigner de l’affection que nous portons à nos mamans.

En Italie : la maternité mise en avant.  En Italie, le mois de mai est le symbole de la maternité et la fête des mères se célèbre le second dimanche de mai. Traditionnellement, on offre des fleurs à sa maman. Depuis quelques années, les fleuristes s’associent à la fête des mères pour la recherche contre le cancer. 

En Espagne: quand la religion se mêle à la tradition. Sur la péninsule ibérique, la fête des mères, célébrée le premier dimanche du mois de mai, est l’occasion non seulement de témoigner de l’affection à sa maman, mais aussi de célébrer la vierge Marie en lui offrant des fleurs. Les espagnols emmènent leur maman au restaurant et les hôteliers leur distribuent une fleur. 

En Grande-Bretagne : l’exception européenne  Le jour de la fête des mères se célèbre à la mi-carême, c’est à dire à la mi-mars. Cette exception européenne trouve son explication dans l’histoire du pays. Avant le XVIe siècle, c’était le seul jour où il était permis de festoyer. Plus tard, c’était la seule journée de congé qui permettait aux jeunes travailleurs de retourner dans leurs familles pour rendre visite à leur maman. Sur leur chemin, ils ramassaient des fleurs, cadeau devenu usuel. 

En Allemagne : journée des fleuristes 

Le second dimanche du mois de mai, pour célébrer le jour de la fête des mères, les allemands peuvent acheter des fleurs tout au long de la journée chez leur fleuriste préféré. 

Et  dans les sociétés anciennes? 

L’origine de la fête des mères se trouve dans les sociétés anciennes dans lesquelles étaient organisés les premiers cultes dédiés à fêter les mamans. 

A l’origine, les Romains et les Grecs organisaient chaque année au printemps des cérémonies en l’honneur des divinités mères des Dieux, Rhéa et Cybèle

Chez les latins, réunies devant le temple de Junon, les femmes recevaient des cadeaux.
Cette tradition de fête des mères a perduré jusqu’au IVe siècle après Jésus Christ, date à laquelle le rituel des célébrations fut abandonné en raison de l’émergence de la religion. 

Et dans la littérature… 

J’ai retrouvé quelques poèmes dédiés aux mères. Il y en a des centaines d’autres que je ne peux citer ici. Mais si vous vouliez bien m’en communiquer quelques uns, je suis preneuse. 

A notre mère  de Victor Hugo 

« Oh! L’amour d’une mère! 

Amour que nul n’oublie!  

Pain merveilleux qu’un Dieu partage et multiplie!  

Table toujours servie au paternel foyer ! 

Chacun en sa part, et tous l’ont tout entier ! » 

Compliment pour une mère par Honoré de Balzac 

Le coeur d’une mère est un abîme au fond 

Duquel se trouve toujours le pardon. 

Maman je te donne, poème d’Edgar Poe 

J’entends au-dessus de moi dans les cieux 

Les anges qui murmurent entre eux 

Ils ne peuvent trouver de mot d’amour plus grand 

Que celui-ci : Maman 

Et bien sûr les milliers de Poèmes d’enfants « de tous âges » qu’il ne faut pas oublier

tant notre vie en est remplie. En voici quelques-uns. 

Une maman 

Des milliers d’étoiles dans le ciel, 

Des milliers d’oiseaux dans les arbres, 

Des milliers de fleurs au jardin, 

Des milliers d’abeilles sur les fleurs, 

Des milliers de coquillages sur les plages, 

Des milliers de poissons dans les mers, 

Et seulement, seulement une maman. 

Ma main est une fleur pour maman 

Faisons que ma main est une fleur
Maman je t’aime un peu,
Beaucoup,
Passionnément,
Pas du tout.
Méchante fleur,
Tu mens j’en suis sûre
Maman je t’aime de tout son coeur. 

Pour ma mère 

Il y a plus de fleurs 

Pour ma mère, en mon cour, 

Que dans tous les vergers ; 

Plus de merles rieurs 

Pour ma mère, en mon coeur, 

Que dans le monde entier ; 

Et bien plus de baisers 

Pour ma mère, en mon cour, 

Qu’on en pourrait donner. Maurice Carême

Fête des mères 

S’il m’arrive quelquefois
D’avoir un rêve qui me fait peur,
Maman chérie, c’est dans tes bras
Que je retrouve la douceur

S’il fait trop gris ou nuageux,
Que je m’ennuie un peu,
Tu m’inventes vite un nouveau jeu
Qui sèche la pluie dedans mes yeux

Si mes leçons sont bien trop dures,
Le calcul ou la lecture,
Tu viens souvent m’aider le soir
A terminer tous mes devoirs

Et si mon coeur bondit de joie,
Que c’est la fête dans ma tête,
Maman chérie, c’est dans tes bras
Que je partage mon bonheur

Et si je t’aime tendrement
C’est parce que quand je serai grand
Tu seras encore ma Maman,
Je serai toujours ton enfant.
Arnaud Dupin de Beyssat 

J’appelle maman  -

Il fait nuit
J’entends la pluie
J’entends le vent
J’appelle ma maman
MAMAN !
Refrain :
Heureusement, Maman est là
La voilà, la voilà
Heureusement, Maman est là
Qui me prend dans ses bras.
- Il y a du bruit
En dessous du lit
C’est peut-être un serpent
J’appelle ma maman
MAMAN !
Refrain:…
- C’est mon armoire
J’ouvre le tiroir
Il y a du monde dedans
J’appelle ma maman
MAMAN !
Refrain…
- Un coup de tonnerre
Et un éclair
Le ciel n’est pas content
J’appelle ma maman
MAMAN !
Refrain…
- Dans le grenier
Un fantôme s’est caché
Sous un drap tout blanc
J’appelle ma maman
 Refrain… (chanson de Philippe Roussel) 

Maman! 

Sur chaque fleur que j’ai cueillie
Ma bouche un instant s’est posée
Ainsi pour ma maman jolie
J’ai prononcé des mots charmants…

Tel un chemin couvert de pétales de rose pour couvrir ma voix
Je te souffle une prise de pose enveloppée dans une étoffe de soie
Ces quelques mots que j’ose prononcer pour parler juste de toi
Un moment de bonheur qui est a toi seul dédié
Comme un bouquet de fleur aux milles pétales parfumés

Tu es pour moi ma mère, ma soeur, mon amie
Tu éclaires ma route comme une lanterne
Et tu enchantes mon coeur d’une douce mélodie

Jamais tu n’as crié
Toi qui m’a appris le bon du mauvais
Jamais je ne cesserai de t’aimer
Combien de nuits blanches as-tu passées près de moi
A me conseiller et me consoler
Combien de faute m’as-tu pardonné

Maman chérie je te pris de m’excuser
Pour les peines que j’ai pu te causer
Je pris Dieu, Seigneur des terres et des cieux
De te récompenser d’une place au Paradis
Pour chaque goutte de larmes versée
Pour chaque mot doux prononcé
Pour l’amour que tu m’a donné 
Maman,
En silence je t’aime, en secret je t’adore.
Tu as su me changer, Tu m’as tout donné.
Si un jours je meurs et que tu ouvres mon coeur
Il sera écrit en lettre d’or :
JE T’AIME ENCORE
Pour chaque fleur que j’ai cueillie
Ma bouche un instant c’est posé
Ainsi pour ma maman jolie
J’ai fait un bouquet de baisers… Bouchra 

Et voici le mien, celui que j’ai écrit à ma mère, lors de la première fête de mêmes que je n’ai plus pu lui souhaiter ! C’était le 29 mai 2005.

À maman 

En ce jour de la Fête Des Mères 

Mes pensées sont tournées vers toi. 

Que serais-je devenue, 

Et que vais-je faire aujourd’hui ? 

Sans toi, maman !  

Tu étais toujours là près de moi 

Pour me consoler quand j’étais triste ou que j’avais mal.  

Mais je n’en ai pas profité ! Souvent, tu m’as évité par ta présence  

De me noyer dans le chagrin … 

Ou du moins, tu m’as obligée à réagir. 

Ce sera la première fête des mères sans toi Je n’ai plus de vœux à t’offrir. 

Aujourd’hui tu es au Paradis. 

Et autour de toi brille un arc-en-ciel de vœux bien coloré. 

Mais tu es et tu seras dans mon cœur 

Et je te souhaite, Là où tu es Maman, 

La paix et le bonheur, 

Le bonheur d’avoir retrouvé papa 

Et tous les êtres chers avant toi disparus. 

Bonne Fête maman! 

LA FETE DES MERES est partout, même dans la PHILATELIE

En 1957, l’Administration postale de Taïwan a émis une série de deux timbres dits « spéciaux » pour souligner la place primordiale des mères dans l’éducation des enfants dans la famille. 

                                                          Maman Yue enseigne la Loyauté         Maman Meng enseigne la Sagesse

Timbre S005.1 – Maman Meng enseigne la Sagesse ( 孟母教賢 ). Sur ce timbre la mère de Mengzi (Mencius) coupe le tissu qu’elle tisse et explique à son fils qu’en abandonnant l’école, il deviendra aussi inutile, aussi imparfait que le morceau de tissu inachevé qu’elle vient de couper. Mengzi (372-289 av. J.-C.) est devenu un des grands penseurs de la Période des Royaumes Combattants. C’est un représentant important de l’école confucianiste. Maman Meng était surtout connue par l’anecdote de ses trois déménagements donnant ainsi un environnement propice à l’éducation de son enfant

 Timbre S005.2 – Maman Yue enseigne la Loyauté ( 岳母教忠 ). Sur ce timbre la mère de Yuefei tatoue sur le dos de son fils les caractères 盡忠報國 (rendre service au pays en toute loyauté) pour l’encourager à partir combattre les envahisseurs. Yuefei (1103-1141) est devenu un grand général de la Dynastie des Song Méridionaux dans la lutte contre les Jin, occupants du Nord de la Chine. Maman Yue et son fils furent tous les deux rescapés d’une grande inondation causée par le débordement du Fleuve Jaune. Pauvre, elle apprenait les mots à son fils en écrivant avec une tige sur le sable du sol. 

Mengzi et Yuefei étaient tous deux orphelins de père dès leur jeune âge. 

Sources : http://www.navi-mag.com/Fete-des-meres-dates-et-traditions-chez-nos-voisins-europeens_a619.html?PHPSESSID=147d238cd1f15ca9aeac2b76660c6383  

Quant aux Arts plastiques…

Mon article ne peut-être que restrictif et frustrant. Voici donc juste quelques œuvres pour vous mettre en appétit.Et voilà, ma source n’est pas tarie mais je ne veux pas lasser votre patience.

Picasso - La maternité    Marie Cassart - Impressionnisme  Denyse Willem, la mere et l'enfant  Jacques Blanchard, Vierge à l’Enfant avec St-Jean-Baptiste et Ste Elisabeth  La madonne de Raphaël  Picasso  Pablo Picasso (1881-1973)  Mother and Child  mereavecenfantreduite2.jpg  Jésus bébé

Merci à tous mes lecteurs qui sont arrivés au terme de mon article

Bonne fête à toutes ! 

Blason ENO

Retour à l’accueil

4 Réponses à “Vive les mamans – Vive les femmes !”

  1. fabienne dit :

    Voici de jolies choses , des bouquets de pensées pour nos Mamans; La mienne est une étoile que je me suis choisie qui me suit et me montre le chemin….N’oublions pas .

  2. Paule, nous devions être ensemble aujourd’hui! Nous le serons bientôt.Chacune a été fêtée de son côté et pourtant, la mélancolie née de l’absence de nos propres mamans ne nous quitte pas…Heureusement,il y a nos petits enfants qui nous font sourire et qui nous tirent vers « demain ».(Je n’ose dire l’ »avenir »). Alors il faut fêter le moindre évènement et rire!!! Jeannine

  3. Germaine Abensour dit :

    Paule, Vraimnt felicitations. Quel boulot! et quelle compilation! Une mine pour les instit, je me souviens de mon trouble chaque fois qu’il me fallait trouver un poeme, pas etudie l’annee d’avant, pour les enfants de famille nombreuse ayant frequente ma classe .Quant a ma mere,tu l’a connue! l’amour infini et le pardon profond?????? Terra incognita. Mais enfin, c’etait la mienne, elle etait tres belle parfumee, maquillee, heureuse de vivre et plutot rigolotte.Maman, j’espere que tu vis dans une sorte de Paradis!

  4. Oui j’ai connu ta maman. Un sacré personnage! Tu as raison dans ce que tu dis sur elle. Mais en fait il y a beaucoup de gens qui se protègent de leurs émotions et leurs manques sous des masques d’indifférence et d’égoIsme, et leur faiblesse par un besoin d’emprise sur les autres. C’est dur à vivre, mais souvent nous ouvrons les yeux quand il est trop tard. Nous espérons tous finir au Paradis car il est bien difficile de le trouver sur terre depuis Eve.

Laisser un commentaire

 

Moi,Mes passion& mes Amis |
INFO PREMIERE |
Hamo4SéSons |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | KARIBU / BIENVENUE
| MURYEL NOW ON EARTH
| 10grammes d'info, 10 m...