• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Au fil des jours

    août 2007
    L Ma Me J V S D
    « juin   sept »
     12345
    6789101112
    13141516171819
    20212223242526
    2728293031  
  • Vous avez la parole

  • Liste des articles

  • Mes albums récents

    • Album : Au théâtre ce soir
      <b>10</b> <br />
    • Album : Pike Place Market
      <b>02lemarch.jpg</b> <br />
    • Album : Chez Elliot's
      <b>Chez Elliot's, restaurant renommé en premier sur la liste de Germaine</b> <br />
    • pas de droits sur l'album 1964
  • I LOVE ENO

  • Signer le livre d’Or

  • Je suis aussi sur Facebook

  • Recherche par Catégorie

  • L’Antre de la Création

  • Fils RSS

  • Réservé aux Unbloggeurs

    Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Carnet de voyage Eté 2007 – 22 juin – Ballade sur Sunset

Posté par ENO filles le 28 août 2007

Me revoilà dans mes aventures américaines. 

Vous en voulez?

Vous en aurez pour tout l’hiver!!!

Et les célébrités alors? 

Difficile de les reconnaître. Les stars ne sont pas habillées à la parisienne. Les stars, les vraies  se promènent incognito dans l’uniforme hollywoodien : chemise ouverte sans cravate, T-shirt  ou polo rose, short, jogging, tongs et lunettes noires, pas trop coiffées, pas maquillées, plutôt tranquilles. Elles sont d’ailleurs pour la plupart, des inconnues pour nous les Français qui ne voyons sur nos écrans que les grands noms du show bizz.  Mais si vous voulez quand même tenter votre chance, allez sur Sunset boulevard. Sur le boulevard s’étalent des pubs de films, de fringues de la hauteur des buildings.

RatatouilleCet été « Ratatouille » explose. Ces panneaux géants constituent une sorte d’Art à la Andy Warhol que nous ne pouvons balayer. L’Art n’a pas de limites. L’art est un moyen de communication allié à un certain sens de l’esthétique, différent pour chacun. Et là il remplit tout à fait son rôle. 

Affiche du film  En contrebas de Beverly Hills, « le boulevard du crépuscule », porte bien son nom. Vous souvenez-vous de ce film réalisé par Billy Wilder en 1950 avec Buster Keaton, Erich von Stroheim, Gloria Swanson, William Holden,… dans lequel « Une ex-star du cinéma muet, dont la solitude est troublée par son domestique, s’éprend d’un jeune cinéaste. Tous deux deviennent amis mais Joe est effrayé par le délire permanent de Norma. Jusqu’au jour où il désire la quitter… » Notre promenade en voiture décapotée m’a permis de respirer l’atmosphère de cette avenue hollywoodienne et sa vibration. Un mélange de Pigalle, de Saint Germain des Près et des Champs Elysées. Tout en un. La pollution ne m’a pas plus gênée que celle de Toulon où je me rends le moins possible. Et au bout du boulevard à 26 miles du Downtown, si on a le courage d’aller jusqu’au bout, il y a les vagues du Pacifique, de quoi se ressourcer même sans s’y plonger. « Les dents de la mer » ça vous parle ? 

Un morceau de bd  Si vous allez le soir sur Sunset, vous longez les clubs de musique, les boîtes de nuit, les cafés, les restaurants français, la plus belle librairie de la ville, les disquaires, les cinémas et les boutiques de luxe. Tout est ouvert .  

Au Clafoutis Germaine qui connaît omme sa poche les meilleurs adresses, m’y a emmenée un soir.

Nous y voici- Nous aurions pu, avec un peu de chance voir passer quelques-unes de ces créatures qui peuplent nos rêves, tout en dégustant la plus merveilleuse « Tropézienne » qui soit : La cuisine est vaguement française et les serveuses, d’anciennes françaises converties à l’Angelinisme, comme je le suis, chaque fois que j’y mets les pieds. Je pourrais facilement virer ou plutôt  »tourner »  Hollywood  -normal dans une ville de cinéma- moi aussi. D’ailleurs Germaine n’y a pas failli.

Au déjeuner, on y sert des croque-Monsieur aussi bien que des hamburgers made in América. Les américains déjeunent peu. Mais au dîner il y a, parait-il un peu de tout, de l’escargot à l’ail grillé au « rib-eye with fries » Je l’ai vu sur la carte mais je ne sais pas traduire. 

Le soir, imaginez la scène : une partie de Sunset Plaza après le coucher du soleil, des tables alignées sur le trottoir et des personnes assises très sagement regardent les promeneurs. À l’intérieur on peut découvrir avec un peu de chance un visage célèbre dans un coin tranquille. Bon nous n’en avons pas rencontré…  Bien que la tropézienne soit un festin, la vraie raison ici est l’endroit. S’il y a une table disponible, installez-vous. C’est un peu cher c’est vrai mais ça vaut le coup d’œil. Il faut avoir de la patience. Mais il était tard, nous avons préféré emporter avec nous cette merveille dans une immense boite décorée. Pas de petite boite adaptée à nos portions françaises. 

Mais sur Sunset on trouve aussi une multitude de « châteaux » somptueuses bâtisses crées de toutes pièces à l’image de certains de nos monuments. N’oublions pas que l’Amérique n’a pas de passé historique et prend plaisir à se le fabriquer. Et ma foi elle y met les moyens. 

Nous grimpons la colline jusqu’à une somptueuse villa impossible à phographier vu ses dimensions et surtout sa hauteur. En voici quelques angles. Germaine pourra me redire le nom de son propriétaire, que j’ai oublié. J’espère qu’il me pardonnera.

L'entrée  Villa autre vue  Magnifique villa sur la colline  un autre angle  1008420.jpg  Un arrosage original  autre vue  Vue de la villa sur LA

Lié à l’âge d’or d’Hollywood, derrière sa célèbre façade, le Beverly Hills Hôtel ouvert en 1912constitue toujours un havre de paix protégé pour les stars. Connu pour ses bungalows mythiques entourés de jardins et le légendaire Polo Lounge, il fait partie des résidences les plus prisées et des plus luxueuses villas de la ville. Le Beverly Hill's Hôtel   En raison de son style espagnol il est surnommé pour ses stucs roses « le pink palace ». 

Le Château Marmont: chateaumarmontsursunset1.jpg Voici ce qui se raconte. Il a été construit en 1929 sur le modèle du château d’Amboise, en val de Loire. Cet hôtel est connu pour avoir été le théâtre d’évènements majeurs de la vie de différents artistes américains du monde de la musique ou du cinéma : Vers 1954, l’acteur James Dean grimpa à une fenêtre lors de son audition pour le film La Fureur de Vivre. En 1956, quand l’acteur Montgomery Clift est grièvement blessé dans un accident de voiture près de sa maison, Elizabeth Taylor l’emmène au Château Marmont. Elle lui sauve la vie au moment de l’accident en lui ôtant deux de ses dents qui s’étaient coincées dans sa trachée. En 1982, l’acteur John Belushi (l’un des Blues Brothers) meurt d’une overdose dans l’un des bungalows situés dans les jardins de l’hôtel.  Jim Morisson, se blesse au dos lors d’une acrobatie, immortalisée dans le film d’Oliver Stone. Robert De Niro a l’habitude de se retirer à l’hôtel, où il loue la penthouse. A noter qu’il était présent avec Robin Williams lors de la mort de John Belushi. J’en passe et des meilleurs. 

Je n’ai pas beaucoup de photos à vous offrir, désolée, mon appareil n’aime pas la nuit.

Blason ENO

Retour à l’accueil

2 Réponses à “Carnet de voyage Eté 2007 – 22 juin – Ballade sur Sunset”

  1. Jeannine dit :

    Ce voyage est riche en photos et en anecdotes bien racontées. Continue, dès que possible bien sûr, à nous ravir avec ce documentaire digne des meilleurs journalistes. Je souhaite un beau baptème à Julia…Bises Jeannine

  2. Merci Jeannine. Merci! J’espère ne pas vous ennuyer avec mes histoires. Il y a des milliers de sites sur Los Angeles, beaucoup mieux faits que le mien. Mais bien sûr j’ai envie de dire tout le bien que je pense de cette ville si décriée. Si nous pouvions en France, faire la part des choses et ne pas tout rejeter en bloc ce serait bien. Avec notre grande sagesse nous devrions exploiter ce que ce pays nous apporte de bon et laisser de côté le mauvais. mais souvent j’ai l’impression que nous faisons tout le contraire.

Laisser un commentaire

 

Moi,Mes passion& mes Amis |
INFO PREMIERE |
Hamo4SéSons |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | KARIBU / BIENVENUE
| MURYEL NOW ON EARTH
| 10grammes d'info, 10 m...