• Visiteurs

    Il y a 1 visiteur en ligne
  • Au fil des jours

    septembre 2007
    L Ma Me J V S D
    « août   jan »
     12
    3456789
    10111213141516
    17181920212223
    24252627282930
  • Vous avez la parole

  • Liste des articles

  • Mes albums récents

    • Album : Au théâtre ce soir
      <b>10</b> <br />
    • Album : Pike Place Market
      <b>02lemarch.jpg</b> <br />
    • Album : Chez Elliot's
      <b>Chez Elliot's, restaurant renommé en premier sur la liste de Germaine</b> <br />
    • pas de droits sur l'album 1964
  • I LOVE ENO

  • Signer le livre d’Or

  • Je suis aussi sur Facebook

  • Recherche par Catégorie

  • L’Antre de la Création

  • Fils RSS

  • Réservé aux Unbloggeurs

    Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter

Premier jour à Seattle – Et manger, et dormir!

Posté par ENO filles le 7 septembre 2007

les deux tours de l'hôtel Westin l'entrée de l'hôtel ambiance feutrée et oeuvres d'art une exposition de verreries exceptionnelle des bouquets magnifiques

L’arrivée à l’Hôtel est un enchantement

L’Hôtel est superbe : chic, classe, sympa, propre et pas trop cher – prix spéciaux-– Merci Germaine- 

Les lits divins du Westin. 

les meilleurs lits de la villele coin dégustationle marbre de la salle de bains

Les lits sont les meilleurs de la ville –Forums – les draps d’un blanc immaculé et des tas de petits gadgets partout pour faciliter la vie. Dans le coin –en-cas- une cafetière et des sachets d’un excellent café le Starbuck présent partout (et oui !), de l’eau, des amuse-gueules salés et sucrés et un minibar bien achalandé.  La salle de bains est blanche aussi, lumineuse et accueillante : un beau marbre sur lequel je me suis fait une bosse alors que je me baissais pour ramasser ma serviette. Me voici défigurée pour un moment. 

Mais nous passons une merveilleuse nuit (pour une insomniaque comme moi c’est un miracle) Et au petit matin, fraîchement douchées, après un bon café en ce qui me concerne en tout cas,  nous quittons la chambre en quête d’un petit déjeuner complet comme je les aime en voyage. 

Mais là déception pour moi : le restaurant de l’hôtel est superbe et offre d’alléchants menus. Mais d’une part ces menus très détaillés sont affichés très loin de mes yeux et très haut, et en anglais bien sûr. Je ne peux donc pas les lire. Germaine le fait volontiers mais il y en a tant !  Le temps passe, je ne retrouve pas ce qui me plait en un seul menu, à un prix raisonnable –le voyage ne fait que commencer, il me faut être prudente, un peu « pingre » pour notre américaine, peut-être - 

 Je demande donc à Germaine d’aller chercher ailleurs avant de se décider, quitte à revenir là si nous ne trouvons rien.  C’est d’ailleurs ce que nous avons fait et ensuite le problème a trouvé sa solution: il y avait bien une brochure qu’il suffisait de demander et tout pour satisfaire mes désirs de vacancière. J’avais  déjà bu un café et Germaine n’est pas exigeante pour ses petits déjeuners. Un thé peut lui suffire m’a-t-elle toujours affirmé. Mais voilà, je n’avais pas compris à quel point j’avais pu la frustrer avec mes exigeances.

La  mémoire n’est pas infaillible, le témoignage est la combinaison inévitable entre les faits et les émotions.

Je vais donc vous livrer cette anecdote de voyage telle que Germaine l’a ressentie, ce que j’ignorais totalement ce jour-là. Vous trouverez ci-après sa version de l’histoire. Son commentaire sur le Blog étant prématuré et n’étant pas lié au voyage mais à une page antérieure « A vos plumes », je l’ai simplement supprimé à l’époque. Mais voilà je n’ai pas eu besoin de « 7 ans de réflexion » pour vous le livrer tel qu’il m’est brutalement apparu le 14 août. De quoi me faire réfléchir sur les relations qui lient les individus. 

 Un petit déjeuner comme je les aime 

Il y a humour et humour, humour et humeur…  J’avais d’une part été très choquée par l’humour (cf : « Propos sur le Rire » de Marcel Pagnol ») du texte qui n’est pas le mien, je l’avoue et d’autre part commencer notre récit de voyage par cette anecdote me semblait quelque peu déplacé. Mais finalement je considère qu’il a le droit de paraître sur mon blog, bien que je n’y autorise pas, pardonnez-moi,  une totale liberté d’expression Auparavant je vous présente ci-dessous un excellent résumé des propos de Pagnol que j’ai trouvé sur l’un des nombreux sites sur ce délicat sujet. Le rire est un chant de triomphe ; c’est l’expression d’une supériorité momentanée, mais brusquement découverte, du rieur sur le moqué Il y a deux sortes de rires, aussi éloignées l’une de l’autre, mais aussi parfaitement solidaires que les deux pôles de notre planète.  Le premier, c’est le vrai rire, le rire sain, tonique, reposant :
Je ris parce que je me sens supérieur à toi, ou à lui, ou au monde entier, ou à moi-même. C’est le rire positif. 
Le second est dur, et presque triste : Je ris parce que tu es inférieur à moi. Je ne ris pas de ma supériorité, je ris de ton infériorité.  C’est le rire négatif, le rire du mépris, le rire de la vengeance, de la vendetta, ou tout au moins, de la revanche.  Entre ces deux sortes de rires, nous rencontrons toutes sortes de nuances. Et sur l’équateur, à égale distance de ces deux pôles, nous trouverons le rire complet, constitué par l’association des deux rires. Le rire de l’homme est ce rire complet, un rire de tout, du corps et de l’âme” Je vous laisse juge d’apprécier le style de ce commentaire et vous le livre donc dans son intégralité. Je n’en serai pas offusquée parce que je tiens à mes valeurs. Alors si vous avez les mêmes que moi, tant mieux. Sinon, tant pis. « Commentaire de Germaine du  14 août 2007 sur l’article « A vos plumes! » Auteur : anonyme A chacun son Graal !
Paule a de hauts standards; elle ne mange pas n’importe quoi, ne fréquente pas n’importe qui (merci) ne s’assoit pas n’importe où. Alors que le but ultime de certaines vies est la quête du St Graal, pour d’autres, celle de l’inatteignable étoile, pour d’autres encore, c’est retrouver l’âme sœur, la moitié d’orange sans laquelle vivre est une souffrance, pour Paule, pendant 3 jours de sa vie (et de la mienne !), le but ultime a été la recherche du parfait breakfast, sans lequel elle ne pouvait subsister, respirer, penser, bref exister.
Le petit café du Westin avait une carte bien fournie, question petit déj, un mélange de tout ce qui est indispensable à l’organisme américain pour démarrer une journée : jambon, saucisses, pancakes, bagel, œufs pommes de terre, j’en passe et des meilleurs, arrosé de tous les liquides imaginables .Imaginez donc. Le tout en compositions multiples, ce qui peut sursatisfaire la moyenne des gens ordinaires dont je fais partie. Mais, standard !… Le No 4 n’a pas de yaourt ! Ah non, il me fautmonyaourt. Je suggère le No5, « Ah oui, ce truc gluant mais c’est sucré avec des fruits. NON, je le veux nature. Chez nous… » Le No 12 a tout avec yaourt mais pas de fruits. Je suggère stupidement qu’elle pourrait manger des fruits à midi. Scandale. « Je dois prendre les fruits le matin ! » Quelle tranche de vie impossible à vivre si le matin on n’a pas eu ses fruits. Le No25, viande et tout et tout mais les fruits ont de la banane ! (Terrible pour le régime) Parce que j’oubliais de vous dire que c’était le petit dej régime… Découverte : (je commence à avoir faim) le No43 a fruits sans banane et yaourt ! ..Mais pas de viande .J’avais oublié la nécessite des protéines. On trouve finalement quelque chose d’approchant avec tout+tout+tout +tout . Les fruits à part sont $5. Sur, c’est cher si on sépare. « Chez nous… ».12 tours du café devant le buffet, tournis devant la carte si abondante. On se resoud a qq. chose de simple, au grand soulagement de mon estomac. 2eme jour: même topo. Finalement, n’en pouvant plus, ( la quête n’est ce pas ?) nous partons dans la ville à la recherche d’un petit dej. digne du standard. …Après 2 visites sans suite Paule décide : « Allons chez Mac Do. Au moins ils ont des fruits, du yaourt » (vous connaissez la suite.) Je la mets tout de même en garde, les fast food importés s’adaptent aux pays, rien à voir avec les nôtres. Ici, Mac Do c’est la m… de la m…, l’antre du hambuger, pour les nouveaux immigrants illégaux ne parlant pas un mot d’anglais , pas pour les mémés chics qui y emmènent leurs petits enfants (ma mère adorait Mc DO). Nous entrons, choc, recul « We don’t have breakfast ». Sortie, soulagees. petit déjeuner dans la chambre
Jusqu’a ce qu’on change de ville et que nous ayons notre cuisine où nous becquetions à notre idée et où la femme de ménage faisait même la vaisselle. Avec du recul, très amusant, non ? 

Oui peut-être !!!

Enfin après ce début de journée un peu chaotique nous voilà prêtes à arpenter les rues fraîches mais ensoleillées,  le régal des touristes. …

A suivre…       

Blason ENO

Retour à l’accueil

2 Réponses à “Premier jour à Seattle – Et manger, et dormir!”

  1. fabienne dit :

    effectivement le texte de Germaine ne manque pas d’humour! j’ai bien ri et en aucun cas ne l’ai perçu comme toi. Je pense que ce jour là tu manquais peut être un peu d’humour! mais tu t’es rattrapée puisque maintenant tu nous en fais profiter. Il n’y a pas de quoi fouetter un chat …c’est drôle, enlevé, et tu sais c’est bien vrai que la majorité des Français sont ainsi à l’étranger. Il faut savoir rire de soi , c’est une preuve d’intelligence .
    . De plus c’est une histoire qui se termine bien puisque tu as finalement pris 4 Kgs…
    Allez Paule, continuez à vous chamailler juste un peu , c’est bon pour le moral….et nous vos amies et amis nous aimons vous chaffougner….

  2. Désolée Fabienne mais je n’ai pas le sens de cet humour-là que je déplore. C’est un langage que je ne pratique pas. Je ne pratique que l’humour positif. Si j’ai rapporté ce commentaire c’est parce qu’il a été écrit avant que je n’aie averti mes bloggeurs que j’exercerai une censure sur tout ce qui ne me conviendra pas.Mais il faut de tout pour faire un monde.

Laisser un commentaire

 

Moi,Mes passion& mes Amis |
INFO PREMIERE |
Hamo4SéSons |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | KARIBU / BIENVENUE
| MURYEL NOW ON EARTH
| 10grammes d'info, 10 m...